Haïti – Coronavirus : Livrés à eux-même, 17 gonâviens déjà testés positfs
Illustration

Haïti – Coronavirus : Livrés à eux-même, 17 gonâviens déjà testés positfs

Trois (3) nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés sur l’île gonâvienne, a indiqué le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), dans ses dernières statistiques publiées, lundi 29 juin 2020.

Mars écoulé, la pandémie de Coronavirus fait son apparition en Haiti, avec deux nouveaux cas. Depuis, le virus se propage sur le territoire national. Entre les 07 et 30 juin, dix-sept (17) personnes sont touchées par la pandémie à la Gonâve. Alors que ce tueur sournois et silencieux (le virus) continue de gagner du terrain, certains gonâviens s’en foutent face à l’irresponsabilité de l’Etat central.

Plusieurs observateurs critiquent sévèrement les autorités sanitaires vu la légèreté avec laquelle elles gèrent le virus sur l’île. La structure « Sante w se priyorite m », dénonce, dans une conférence de presse, jeudi dernier, les conditions sanitaires dans lesquelles vivent les habitants. Malgré la pandémie, faute de matériels, certains centres de santé restent fermés et d’autres n’ont qu’une seule infirmière au service des centaines de personnes.

L’un des deux centres de dépistage de coronavirus situé dans la commune Anse-à-Galets fonctionne au ralenti, rapportent des journalistes de l’Association des Journalistes Indépendants de la Gonâve (AJIG). Le hic, à peine opérationnel, ledit centre ne dispose presque plus d’oxygène pour les malades. 

À Ti Palmis, dans la commune Pointe-à-Raquette, c’est dans un espace privé d’électricité qu’est logé l’autre centre de dépistage de l’île. Dans ce centre de santé fondé par la World-Vision en 1987, la génératrice qui devrait alimenter le centre est en panne depuis plus d’un an. Pour l’accouchement des femmes enceintes, tout se fait dans le noir si ce n’est qu’à l’aide de la lumière des téléphones portables.

Bref, à quoi doit-on s’attendre sur l’île après cette crise sanitaire ?

Crédit photo : AFP

Laisser un commentaire