On aurait payé 150 gourdes pour assassiner Monnwa
Ebenson Valmond

On aurait payé 150 gourdes pour assassiner Monnwa

Deux des présumés assaillants auraient reçu 150 gourdes pour assassiner Ebenson Valmond (Monnwa), le mercredi 16 octobre 2019.

C’est l’auteur principal du crime, Billy qui a fait cette offre à ses deux autres compagnons de guerre. Selon une source, chacun d’eux aurait empoché la maudite somme de 75 gourdes pour ce meurtre. Billy et « Tèt de glas » ne sont jusqu’à présent appréhendés.

24 ans, Ebenson Valmond, un jeune de la 2e section communale de Petite-source a été poignardé à mort la semaine dernière à « Site Tisous » (Anse-à-Galets), en plein jour. 

La situation d’insécurité se détériore à la Gonâve. Personne n’est à l’abri ces jours-ci. Au commissariat d’Anse-à-Galets, les 4 agents de police au service de la commune sont dépourvus de tout moyen de déplacement. Voiture, motocyclette… tous leurs véhicules sont en panne. Entretemps, le banditisme gagne du terrain.

Plusieurs facteurs seraient liés à la montée de ce phénomène social (le banditisme) sur l’île. Étudiant en Science Politique à l’université de Montréal, James Osne est natif de Mare-Sucrin, dans la deuxième section communale ansoise. « Cela est peut-être dû aux conditions socio-économiques précaires telles que l’inflation, le chômage, l’incertitude face à l’avenir et tant d’autres. Si l’on veut résoudre ce problème l’on devra s’attaquer d’abord à ces conditions sociales et économiques précitées ».

La Gonâve, autrefois une île tranquille où le respect des normes sociales était au premier plan. Ce qui est différent d’aujourd’hui. Lovemy Gabriel, est entrepreneure. Elle lutte pour le bien-être de la population gonâvienne. « Pas de hiérarchie. Tout le monde se prend pour bandit afin de se protéger. Les forces de l’ordre sont en très petit nombre au commissariat qui est détruit depuis quelques mois. Comment deux policiers seuls peuvent-ils sécuriser une ville de plus de 50 à 60 000 mille personnes ?» se questionne-t-elle.

Atherty Augaüs est un présentateur de Radio. Pour lui, l’irresponsabilité des parents mène à la délinquance juvénile. Ainsi, l’Etat devrait investir dans la création des espaces sportifs et dans la construction des écoles professionnelles. Ce qui, selon ce technicien en télécommunication, aiderait les jeunes à fuir le banditisme.

Facebook crédit photo

Laisser un commentaire

Fermer le menu